Accès membre

fr

BAROMÈTRE DE L’ENTREPRENEURIAT À HEC

  • 20 avr. 2015
  • -
  • Catégorie : Digital
  • -
  • Auteur : Revue HEC
  • -
  • Vu : 495 fois

De plus en plus de camarades se lancent dans la création d’entreprise. Ils peuvent compter sur l’École et le réseau HEC, très engagés sur ce thème. Lors d’une soirée spéciale d’information début mars 2015, Margaux Pelen (H.11), entrepreneure en résidence sur le Campus, a présenté les résultats du tout premier baromètre de l’entrepreneuriat à HEC.

La 17e promotion de l’incubateur HEC fera sa rentrée le 4 mai dans ses nouveaux locaux situés Cour des Petites Écuries (Paris 10e). Lors d’une soirée spéciale d’information début mars, Margaux Pelen (H.11), entrepreneure en résidence sur le Campus, a présenté les résultats du tout premier baromètre de l’entrepreneuriat à HEC (environ 8500 diplômés des promotions 2004, 2011, 2012, 2013 et 2014 ont été contactés, avec un taux de réponse de 30 %). Premier enseignement de l’enquête, la création d’entreprise monte en flèche chez les jeunes diplômés. Les chiffres sont sans équivoque. Seulement 2 % des personnes de la promo 2004 ont lancé leur entreprise dans l’année qui a suivi leur diplôme, une proportion qui s’est envolée depuis pour atteindre 19 % dans la promo 2013. Ici, on ne parle pas seulement de jeunes de moins de 25 ans qui sortent de la Grande École. Les MBA, et surtout les Executive MBA, ne sont pas en reste, avec un taux de 15 % et de 44 % respectivement. Ceux qui se jettent à l’eau évoquent deux motivations principales : la volonté de devenir leur propre patron (47 %) et l’envie d’innover (39 %).
Pour ce qui est des secteurs d’activité, les services aux entreprises et le digital ont la part belle et représentent près de la moitié des entreprises créées. Les HEC s’intéressent également aux domaines d’excellence qui font la renommée de la France : le tourisme, le luxe, la restauration et le vin. L’Hexagone profite d’ailleurs directement de ces structures qui créent de l’activité et de l’emploi sur le territoire. En effet, 84 % des diplômés de la Grande École lancent leur société en France.
Même les MBA, majoritairement d’origine étrangère, localisent leur entreprise dans le pays où ils ont fait leurs études à plus de 70 %. Mais s’il y a bien une leçon à retenir de ce baromètre, c’est que les trois quarts des HEC sont prêts à aider leurs camarades entrepreneurs, en faisant du mentoring, en investissant dans leur start-up ou encore en l’introduisant auprès de l’entreprise pour laquelle ils travaillent. Avis aux lecteurs qui montent leur boîte, toute une communauté leur tend les bras !
 

HEC ALUMNI PARTICIPE À L’AVENTURE


Comme l’a rappelé le baromètre, l’entrepreneuriat n’est pas seulement le lot des étudiants et des jeunes diplômés HEC. Tous les “anciens” sont potentiellement concernés, qu’ils songent eux-mêmes à se lancer, à coacher un start-uper ou bien à investir, même des sommes modiques, dans une pépite. La plateforme HEC Alumni Ventures, lancée en 2013, vise justement à connecter entrepreneurs, mentors et business angels au sein de la communauté des diplômés. À ce jour, le site a déjà enregistré 230 000 euros de “promesses de fonds”. Objectif affiché : financer cent projets d’ici cinq ans, dans le monde entier. HEC Alumni Ventures organise en outre des sessions de “pitch” à Paris et à l’étranger : Genève, Londres, Bruxelles et bientôt New York. Voir notre article précédent pour en savoir plus.

 

L’INCUBATEUR HEC EN BREF

  • 146 projets sélectionnés depuis 2007.
  • 116 start-ups lancées.
  • 80 % des start-ups incubées sont aujourd’hui en bonne santé.
  • 9 mois de programme.
  • 0 euro : pas de frais, pas de prise de participation au capital.
  • 90 personnes – investisseurs, entrepreneurs, journalistes et professeurs – assistent au “Demo Day” qui clôt la période d’incubation.

Plus d'informations : www.hec.fr/incubateur-hec

 
Auteur :
Revue HEC

Staff

Commentaires

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire